RSS Facebook Twitter
qr-twitter-fekl-maedi
 

Matthias Fekl répond à vos questions sur le TTIP… en 23 tweets

Mercredi 29 octobre s’est tenu sur twitter une séance de questions-réponses avec Matthias Fekl au sujet des futurs traités transatlantiques, principalement le CETA entre l’UE et le Canada et le TTIP entre l’UE et les États-Unis. Secrétaire d’État chargé du commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l’étranger depuis septembre 2014, Matthias Fekl répondait donc en tant que membre du gouvernement responsable de ces dossiers. Analyse de tweet…

Avant tout, saluons l’initiative : à l’heure où le citoyen semble mis sur la touche des négociations, la démarche du secrétaire d’état promettait d’apporter un éclairage nouveau sur l’avancée des négociations et également sur le positionnement du gouvernement sur ce sujet. Le media (Twitter) ouvrait la discussion aux deux bords de l’Atlantique, mais il est rapidement apparu qu’il rendait les échanges à la fois biaisés (par le choix des questions) et surtout superficiels. Comment informer sur un sujet aussi sérieux et complexe avec des réponses en moins de 140 caractères ?…

Avant de voir les réponses apportées, analysons rapidement les questions posées. Elles furent nombreuses (env. 200), majoritairement critiques envers les traités et également assez précises et documentées, preuves que le sujet abordé intéresse les citoyens et qu’il y a une attente pour des réponses claires.

En 23 tweets-réponses, le secrétaire d’état a essayé d’exposer la position du gouvernement. Exercice quasiment impossible, qui finalement entretenait le doute : cette difficulté n’est-elle pas simplement le reflet d’une position gouvernementale trop floue ? En omettant de répondre à des questions simples comme : « signerait-vous en l’état ce traité ? » ou « quel est la position du gouvernement sur l’ISDS », le secrétaire d’état alimentait l’idée que le gouvernement n’a pas encore arrêté sa position. D’autant qu’à plusieurs reprises, il appelait à de nouvelles études sur un projet qui a pourtant démarré depuis 5 ans. N’est-ce pas la preuve d’un certain amateurisme ?

Au fil des réponses, il était martelé que le gouvernement était mobilisé, qu’il avait fait de plusieurs points des priorités, et qu’il allait défendre ardemment les intérêts français. Mais, sans réponse sur les moyens qui seront utilisés, ces annonces sonnaient clairement comme des déclarations de bonnes intentions. Comment croire que la France fera plier toutes les parties lors des négociations ?

Finalement, dans cette session de questions-réponses, il n’y eu pas grand-chose à ressortir : l’intention était bonne, mais la forme était mal choisie et le fond très décevant. Espérons que notre gouvernement sera tout de même attentif à ces négociations et qu’un vrai débat aura lieu, aux yeux de tous.
Le prochain rendez-vous d’importance est la réunion du conseil de l’UE le 21 novembre prochain, où les ministres des affaires étrangères des pays de l’UE discuterons des traités transatlantiques.

 

Stéphane Sockeel

 

 

Notes :

L’ensemble des réponses est disponible ici :

https://storify.com/francediplo/q-and-r-avec-matthias-fekl-sur-le-partenariat-tran

L’ensemble des questions et des réponses sont sur twitter avec le mot-dièse #QRDiplo

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
 

Les commentaires sont fermés pour cet article !